Médiathèque

Uffiziu di i morti, Calvi, 31/10/2012.

En pause...
« »
  •  
    00:00:00 - Iniziu
Durée totale du document :
00:57:59
Interprète(s) :
Pierre Bertoni, Stephane Serra, Antoine Hemhouma, Christophe Perrimond,, Jean-Paul Orsini, Nicolas Bras, Julien Orsini, Petru-Bà Tosi, Dominique Bartoli, Pierre-Baptiste Donsimoni, Battista Sana.
Document N° :
102
Enregistrement
Lieu de l'enquête :
Calvi
Année :
2012
Date :
2012-10-31
Enquêteur(s) :
Jérôme Casalonga
Informateur(s) :
Pierre Bertoni, Jérôme Casalonga
Personne morale :
Centru Culturale Voce
Langue(s) :
Latin
Commentaire sur la langue :

Il s'agit ici du second nocturne, chanté le mardi et le vendredi soir durant l'office des morts. Une semaine avant le 02 novembre, les confrères se retrouvent et prient tous les soirs pour les défunts. Cela s'appelle la Neuvaine des morts.
Traditionnel de la liturgie chrétienne, ce second nocturne est chanté ici par les deux confréries de Calvi : Saint-Antoine et Saint Erasme.

Cet office se compose de la sorte :

1/ PSAUMES

Les psaumes aident ainsi la confrérie à rentrer dans le mystère, dans la communion. Ils sont entonnés de manière monodique afin de ne pas tomber dans l'effet de mode, l'effet artistique qui consiste à les chanter en polyphonie. Cet air lancinant, ce leitmotiv musical est ainsi voulu par les confrères afin de les maintenir concentrés sur leur seule foi. Cette mélodie répétitive à outrance, fait rentrer les confrères dans un cycle. Ce cycle les porte à la fin vers le Benedictus, chanté en polyphonie, qui constitue une véritable libération, une délivrance. L'office est conçu comme une ascension, un cheminement éprouvant. La pénibilité du rythme répétitif et lancinant est portée par le souffle collectif de la confrérie. Mais ce côté mécanique doit avoir un sens, physique mais également spirituel, il doit mener les confrères à la spiritualité et à la réflexion. Le chant est ici vécu non comme un moyen mais comme un vecteur afin de tisser le collectif, construire quelque chose qui va permettre à la confrérie d'être dans la société et dans l'église, toujours de manière collective et non individuelle.

Juste avant les leçons de l'office, le prieur annonce le Pater noster, qui est secret, (récité par les confrères dans leur tête en silence, ou alors psalmodié à voix basse), d'où le silence de l'enregistrement.

-de 40 secondes à 57 secondes : le prieur récite l'antienne du psaume 22 de l'ancien testament, c'est-à-dire la « chjama » en monodie.

-de 57 secondes jusqu'à 02minutes 42 secondes réponse des deux chœurs instaurant ainsi une alternance, une sorte de « chjama è rispondi ».

-de 02 minutes 43 secondes jusqu'à 06 minutes 56 secondes, le Psaume 24 est psalmodié à nouveau en alternance entre la « chjama » du prieur et les réponses des deux chœurs.

-de 06 minutes 56 secondes jusqu'à 10 minutes 55 secondes, le psaume 26 est entonné, selon le même schéma que les précédents.

2/LES LECONS

Après les psaumes, viennent les leçons :

-de 11 minutes 27 secondes jusqu'à 14 minutes 05 secondes, le prieur récite seul la leçon n : 4 : Job 13. Elle est extraite de l'ancien testament, et connue sous le nom de « lamentations de Job ».

-de 14 minutes 05 jusqu'à 14 minutes 57 secondes, les confrères lui répondent en chœur.

-de 14 minutes 51 secondes jusqu'à 18 minutes 05 secondes vient ensuite la leçon n : 5 de Job 14. Le prieur, Pierre Bertoni procède à la « chjama » à laquelle répondent les confrères en chœur.
-de 18 minutes 11 secondes jusqu'à 21 minutes 05 secondes le prieur entonne la dernière leçon de l'office, la leçon n : 6 de Job 14, toujours en alternance avec le chœur.

3/ LIBERA ME

-de 21 minutes 09 secondes jusqu'à 25 minutes 10 secondes, les confrères chantent le LIBERA ME « libère-moi seigneur de la mort ».
Cette version provient des chants grégoriens. Cet air est caractéristique de la vallée de Calvi, Calinzana, Moncale, Ziglia. Les confréries Saint Erasme et Saint Antoine de Calvi ont fait le choix de le chanter lentement et de l'interpréter aux premières, secondes et troisièmes nocturnes de la neuvaine des morts.
Le LIBERA ME est clos par le Kyrie Eleison.

4/ LAUDES DE L'OFFICE DES MORTS

Suivent ensuite les laudes de l'office des morts.

-de 25 minutes 36 secondes jusqu'à 29 minutes 47 secondes, il s'agit du psaume 50, le Miserere « prends pitié ». On retrouve le même schéma que celui de l'antienne : une « chjama », récitée par le prieur à laquelle répond le chœur à l'unisson.

Viennent ensuite :

- Le psaume 64, de 29 minutes 51 secondes jusqu'à 32 minutes 40 secondes.
- Le psaume 62 « deo, deus meus » de 32 minutes 45 secondes jusqu'à 35 minutes.
- Le psaume 148 de 35 minutes 01 seconde jusqu'à 37 minutes 19 secondes.
- Le psaume 149 de 37 minutes 20 secondes jusqu'à 38 minutes 54 secondes.
-Le psaume 150 de 38 minutes 55 secondes jusqu'à 40 minutes 16 secondes.

5/ BENEDICTUS
L'office se poursuit par le Benedictus. Ce cantique, « ego sum resurrectio et vita », est entonné lors de la mort d'un confrère. Le prieur procède à la « chjama » de manière monodique, puis les confrères chantent les versets en polyphonie.

6/ PSAUMES
Vient ensuite le psaume 129 « De profundis », de 47 minutes 45 secondes jusqu'à 49 minutes 46 secondes.

7/ DIALOGUES ET ORAISONS
Puis, suivent les dialogues précédant les oraisons : ce sont les prières prononcées pour les membres de la confrérie, les bienfaiteurs, puis pour tous les morts jusqu'au dernier dialogue à 51 minutes 25 secondes : « et lux perpetua luceat eis », « requiescant in pace ».

8/ LITANIES
-de 52 minutes jusqu'à 56 minutes 40, les confrères chantent la litanie de la vierge.

9/ RAPPEL DES SAINTS
Enfin, de 56 minutes 45 secondes minutes jusqu'à la fin de l'enregistrement, les confrères chantent le rappel des saints des confréries et achèvent l'office par un « ch'elli riposanu in pace . Amen ».

Confrérie de Saint Antoine :

Prieur: Stephane Serra.
Sous-prieur: Antoine Hemhouma.
Confrères: Pierre Bertoni, Jean-Paul Orsini, Nicolas Bras, Julien Orsini, Pierre-Baptiste Donsimoni, Battista Sana.

Confrérie de Saint Erasme :

Prieur : Christophe Perrimond.
Confrères : Petru-Bà Tosi, Dominique Bartoli dettu "Margone", (le cormoran).

 

Commentaire réalisé par Pierre Bertoni et Geronimi Josepha.

Original
N° Inventaire :
UMCALVI1
Transcription intégrale :
Oui
Durée (hh:mm:ss) :
00:57:59
Copie
Dossier archive :
Médiathèque
Backup :
Médiathèque
Original :
Médiathèque
Lieu de dépôt :
Médiathèque
Ajouté le: 2015-06-11 11:19:49    Vues: 245
RSS Feeds